Documentation des dispositifs d’ancrage

Le montage comme l’entretien des protections antichute doivent toujours être documentés. Cette documentation est absolument nécessaire, la fixation des points d’ancrage ou des supports de dispositifs antichute n’étant souvent plus visible ultérieurement. C’est pourquoi une documentation photographique est un élément essentiel du dossier. De plus, la documentation sert de preuve envers le donneur d’ordre.

Exigences documentaires

La documentation du montage doit reprendre certaines données essentielles, telles que le fabricant des dispositifs d’ancrage, l’entreprise chargée du montage et le monteur effectuant cette tâche, les dénominations exactes des produits installés ainsi que des détails relatifs à leur fixation sur l’infrastructure. Afin de garantir l’utilisation sûre de la protection antichute, les documents doivent comprendre un plan détaillé mentionnant la position exacte du dispositif d’ancrage.

Importance pour le contrôle et l’entretien annuels

Les dispositifs d’ancrage doivent être contrôlés au plus tard tous les 12 mois. Le contrôle annuel et la maintenance éventuellement nécessaire doivent être effectués par un expert en matière d’Équipement de Protection Individuelle antichute (EPI antichute). Pour ce contrôle, une documentation de montage intégrale est indispensable. Si elle fait défaut et que le fabricant ne peut plus être identifié, l’installation est condamnée et, selon l’Information DGUV 201-056 « Bases de planification de dispositifs d’ancrage sur toitures », il faudra peut-être même la remplacer. Même si tous les documents nécessaires sont produits, le contrôle effectué par l’expert est à documenter en bonne et due forme lui aussi.

Qui est autorisé à documenter ?

Selon la directive de prévention « Réalisation des contrôles d’experts sur les dispositifs d’ancrage » du DGUV, on qualifie de personnel de montage qualifié toute personne ayant la « capacité d’établir la documentation de montage ». De plus, l’établissement de cette documentation fait partie intégrante de la formation d’expert en EPI antichute. Car à l’occasion des maintenances ultérieures également, l’expert doit établir une documentation appropriée, celle-ci étant considérée comme une « évaluation technique de la sécurité pour la poursuite de l’utilisation » selon les prescriptions du DGUV. Par conséquent, le monteur comme l’expert sont tenus de transmettre au donneur d’ordre des documents sans lacune, une fois les travaux effectués.

Impératifs de forme

Les associations professionnelles et le DGUV proposent des modèles pour l’élaboration d’une documentation sans faille. De même, divers fabricants offrent ce service, souvent assorti d’un contrat de maintenance pour garantir le contrôle régulier et l’exploitation continue du dispositif d’ancrage. Les clients disposent également de solutions modernes pour élaborer, mettre à jour et consulter facilement la documentation de montage et de maintenance au format numérique grâce à des applications (apps). De plus, une documentation numérique est essentielle pour accroître la transparence et permettre une meilleure disponibilité des documents requis.