DGUV

Information DGUV 201-054

L’Information DGUV 201-054 (auparavant BGI 5074) « Travaux de toitures, charpenterie et constructions en bois » s’adresse aux entrepreneurs et traite de la mise en œuvre des diverses réglementations relatives à la sécurité au travail dans le cadre des travaux sur toitures. Font partie de ces tâches selon l’Information :

  • les travaux de fabrication, de maintenance ou de démontage de constructions, de revêtements, de couverture et d'isolation des toitures et de leur infrastructure ;
  • les activités relatives à l’isolation complète ainsi qu’à la protection du toit, par exemple par plantation de végétation ou couverture avec du gravier.

L’Information DGUV 201-054 traite en majeure partie le sujet de la protection antichute. Diverses situations et domaines d’utilisation y sont décrits, de même que la sécurisation préconisée. Par principe, une mesure de protection contre les chutes de personnes est prescrite à partir d’une hauteur potentielle de chute d'un mètre lorsque la pente du toit est supérieure à 22,4 °. Comme protection antichute, l’Information mentionne des mesures de protection collective, les dispositifs antichute et l'Équipement de Protection Individuelle contre les chutes (EPI antichute).

Exception à la protection antichute

Selon l’Information DGUV 201-054, on pourra renoncer à une protection antichute dans les cas où la hauteur de chute prévisible est de 3 m au maximum, que la pente de la surface à parcourir est inférieure à 22,5 ° et que la surface du toit ne dépasse pas 50 m². Dans ce cas, les travaux devront être effectués le plus rapidement possible. Cependant, pour un tel cas exceptionnel et dûment justifié, l’employeur devra procéder à une instruction supplémentaire. De plus, le bord de chute devra être clairement reconnaissable.

Utilisation d’EPI antichute lors de travaux sur toitures

Dans le cadre de travaux sur les toitures, l’EPI antichute est utilisé lorsque d’autres mesures de protection ne sont pas réalisables pour des raisons ayant trait à la sécurité au travail ou lorsque la structure du bâtiment ne le permet pas. Des dispositifs d’ancrage (DA) appropriés sont alors indispensables afin que les cordistes et autres opérateurs en hauteur puissent y arrimer leur équipement de protection en toute fiabilité. Selon l’Information DGUV 201-054, les DA sont appropriés lorsque :

« [...] le système antichute arrimé ne peut pas se détacher du dispositif d’ancrage et que, selon les stipulations techniques relatives à la construction, la force portante pour une personne est attestée pour une force de 9 kN exercée sur la construction par le processus d’arrêt de la chute, y compris la charge à prévoir pour le sauvetage (par ex. le poids de la personne arrêtée dans sa chute). »

En tant que possibilité d’ancrage typique pour les toits pentus, l’Information cite les crochets de sécurité pour toitures, homologués et marqués conformément à la norme EN 517. En outre, il est mentionné : « Les possibilités d’ancrage sur les toitures d’une pente inférieure ou égale à 22,5 ° sont par exemple des dispositifs d’ancrage fixés en permanence conformément à l’instruction de montage du fabricant ». Des exemples typiques et fréquents en pratique sont des points d’ancrage (uniques) ou des lignes de vie.

Qui peut utiliser un EPI antichute ?

Les mesures individuelles de protection antichute, telles que l’utilisation d’Équipements de Protection Individuelle contre les chutes, sont applicables uniquement par du personnel formé à cet effet afin de garantir une protection antichute fiable. L’utilisation d’EPI antichute réclame « une formation spécifique, y compris des exercices pratiques, pour que le personnel les utilise à bon escient » ainsi que la « mise en œuvre des mesures de secours nécessaires en cas de chute », comme l’indique l'Information DGUV 201-054.

En savoir plus sur ce thème
keyboard_arrow_up