Termes techniques généraux

Protection antichute de personnes

La notion de protection antichute de personnes se rapporte aussi bien à diverses mesures (organisationnelles) qu’à des dispositifs techniques devant prévenir la chute des personnes. Dans le contexte professionnel, la protection antichute est régie par un ensemble de lois, de prescriptions et de règlements coopératifs en corrélation les uns avec les autres. Les diverses prescriptions relatives à la protection antichute ont pour objectif de prévenir les chutes dangereuses, et souvent mortelles, des employés de divers corps de métiers.

Par conséquent, les domaines d’application typiques sont les travaux sur les toitures, les chantiers, les façades et les tours, mais aussi les installations industrielles telles que les grues et chemins de grue à grande hauteur, ou bien encore les éoliennes. Dans ce contexte, une chute de hauteur n’est pas uniquement le fait de tomber sur des surfaces dures situées en contrebas, mais également de passer au travers d'une surface non portante ou bien encore de tomber et de s’enfoncer dans des matériaux liquides ou granuleux. D’autres notions fondamentales de la protection antichute sont la hauteur de chute et le bord de chute.

Principales prescriptions de protection antichute

Selon le domaine d’activité, en fonction du métier exercé ou de la branche, les organisations professionnelles et l’Assurance sociale allemande des accidents du travail et maladies professionnelles (DGUV) publient diverses prescriptions, informations et règles pour la mise en place d'une protection antichute efficace. Elles sont coercitives et servent souvent de base pour l’obtention de la couverture par l'assurance, toute entorse à ces prescriptions mettant en danger ladite couverture. Bon nombre de ces réglementations sont basées sur les mêmes lois et prescriptions d’une portée globale et dépassant le cadre des corps de métier individuels. Parmi les plus importantes, on peut citer les suivantes :

Priorité : protection collective et protection individuelle

Toutes les réglementations concernant la protection antichute s’accordent sur le principe que, si possible, il est souhaitable de mettre en place une mesure de protection collective capable de protéger le personnel contre les chutes sans formation préalable à l’utilisation d’équipements spécifiques. Une protection collective typique est la protection périphérique, sous forme d’un garde-corps par exemple. Dans de nombreux secteurs d’activités, l’utilisation d’une protection périphérique n’est cependant pas nécessaire, par exemple lorsque la surface d’une toiture n’est pas fréquentée souvent. Souvent, la construction ne permet pas d’installer une telle protection périphérique. Dans un tel cas, on utilise alors un Équipement de Protection Individuelle contre les chutes (EPI antichute). Généralement, il s'agit d’un harnais porté au corps et combiné à un connecteur, souvent également appelé « longe ».

Le connecteur assure la liaison entre le harnais et un dispositif d'ancrage. Il s’agit d’un point d'ancrage unique, généralement en acier inoxydable, d’un système de sécurisation à rail ou d'une ligne de vie. Toutes ces variantes permettent à l’utilisateur d’arrimer un mousqueton qui devrait équiper tout connecteur. Pour cela, les points d’ancrage uniques disposent d’un œillet d’ancrage, les lignes de vie étant quant à elles utilisées avec un chariot possédant un tel œillet d’ancrage. En alternative, le mousqueton peut également être accroché directement sur le câble en acier inox d’une ligne de vie. Cependant, l’EPI antichute et les dispositifs d’ancrage correspondants doivent uniquement être utilisés par du personnel spécialement formé.

En savoir plus sur ce thème
keyboard_arrow_up